La zone euro soutiendrait l'Espagne.

Publié le 10 Juin 2012

597119.jpg

 

 

L'ensemble des ministres des finances se sont mis d'accord hier pour parvenir à une aide pour le système bancaire espagnol avec une coquette somme de 100 milliards d'euros qui pourrait servir à recapitaliser les banques ibériques d'une part et effacer toutes traces de doutes d'autre part en incluant une grande marge de sécurité. Vous me diriez que l'Espagne s'était fortement opposée aux pressions qui lui étaient destinées (par l'Allemagne notamment) pour solliciter l'aide de l'Europe : ce qui a été fortement démenti par Mariano Rajoy aujourd'hui en évoquant qu'il ait fait lui même pression sur l'Europe pour recevoir de l'aide MAIS qu'il ne voyait pas dans l'aide européenne un "sauvetage" pour son pays (cherchez l'erreur).

 

Le ministre de l'économie espagnol dit vouloir solliciter un financement européen afin de renflouer ses banques même si le pays souhaite une intervention quasi-inexistante du Fond Monétaire International (qui estime, je vous le rappelle, à 40 milliards d'euros le montant nécessaire pour sauver le système bancaire espagnol). Comme l'Espagne représente un poids plus important que celui de la Grèce (le poids de l'ensemble des conséquences d'une sortie de la Grèce pèserait lourdement sur le PIB mondial), les mesures que doivent prendre les gouvernements sont une étape cruciale où le destin de la zone euro est en jeu, on ne le dira jamais assez.

 

Sans oublier que l'urgence se fait fortement ressentir avec les agences de notations qui ont tiré une nouvelle fois la sonnette d'alarme ce jeudi ( j'avais envie d'en parler, pour changer) avec Fitch qui a dégradé la note du pays ibérique à BBB. Reste à savoir aujourd'hui la raison pour laquelle l'Espagne tourne le dos et parait hésitante à recourir à l'aide européenne, craint elle de rentrer dans le camps des "aidés" ou alors a t-elle peur du prix à payer et rentrer dans la spirale (grecque) infernale ? Dans tous les cas si l'on veut limiter voire freiner l'effet contagion, il vaut mieux se mettre quelque chose sous la dent n'est-ce pas  ?  Cette aide pourrait être probablement infructueuse si la Grèce se retirerait de la zone euro ce qui exposerait l'Espagne sur la voix de la détonation ...

Rédigé par OUALID Zohra

Commenter cet article