Quel est le problème de notre zone euro ?

Publié le 14 Janvier 2012

On aurait tendance à dire que les problèmes que rencontre l'Europe aujourd'hui (tel que le gros déficit) ont éclaté dès 2008 (après la chute de la banque américaine LB). Ce qui est en parti faux. Nous avons fait une erreur dans la surveillance et sur le respect de certains traités (notamment celui de Maastricht).

- Le traité de Maastricht :

Le traité de Maastricht est un regroupement de "règles" que doivent appliquer les pays de la zone euro. Par exemple,
ce traité a fixé un taux de déficit inférieur à 3% du PIB et d'un taux d'endettement n'excédant pas 60% du Produit Intérieur Brut. Est-ce que cette règle a été respectée ? Non. La France et l'Allemagne ont demandé s'ils pouvaient dépasser ce taux car on se situait en contexte de crise économique... A partir de ça, les taux ont augmenté déraisonnablement. Quelques chiffres : Aujourd'hui, le taux de déficit de la France est d'environ 5% de son produit intérieur brut et son taux d'endettement est proche de 87% du PIB ... D'autres chiffres? La Grèce a un déficit de 13% du PIB et une dette de 120% de son PIB! ( l'Allemagne aussi mine de rien, dette de 83% du PIB et un déficit de 4.6% du PIB). Pourquoi fixer un objectif et ne pas le respecter? Est-ce facultatif? Où sont les sanctions automatiques? Évidemment, si même les 2 puissances de la zone euro que sont la France et l'Allemagne ne respectent pas ce critère, je ne vois pas pourquoi les autres devraient le respecter aussi. Même si ces 2 pays ont demandé de leur faire exception, ce fut une erreur d'avoir accepté car, conséquence : les chiffres augmentent de façon plus ou moins exponentielle.

- La surveillance :

Il faut se l'avouer : nous avons un problème de surveillance. Surveillance liée aux taux de dettes publique et de déficit certes, mais des problèmes de surveillance dès les débuts de la monnaie unique : pour être synthétique, je vais évoquer le cas grec qui est un exemple parfait qui démontre clairement le problème de surveillance. La Grèce, comme tous les pays actuellement dans la zone euro, voulait intégrer la zone mais le pays avait un problème : son économie allait mal ( dette, déficit...). Comment intégrer l'union monétaire? Le gouvernement a cru intelligent de procéder à un ( comme le dit JPF) maquillage des comptes, plus exactement au mensonge statistique. Donc oui il faut faire croire que le pays va très bien. Conclusion: la Grèce rentre dans l'euro. Question que l'on se pose;  

 

Combien de temps a duré le mensonge ?


Comme je l'ai dis, la Grèce a réussi à rentrer dans la zone euro grâce aux maquillage des comptes. Pendant les premières années du pays dans la zone euro, personne ne s'est douté de quoique ce soit. Puis Eurostat ( l'INSEE à l'échelle de l'Europe) avait remarqué quelques ambiguïtés envers le pays concernant ses statistique, mais Paris et Berlin n'ont pas voulu prendre en compte ses chiffres, mieux : ils ont même voulus que ces chiffres ne soient pas publiés par peur qu'ils se retournent contre eux ... Le FMI (Fond Monétaire International) a été tenu au courant des doutes sur la Grèce mais il n y a pas eu de réaction : trop tôt pour agir, rien de grave. Jusqu'à ce que 4 ans plus tard, Bruxelles reçoit un courrier de Georges Papandréou révélant la vérité sur ses comptes et dénonçant le mensonge du gouvernement antérieur... . L'inquiétude se fait donc sentir a partir de ce moment là.

Pour résumer, le problème de l'union monétaire est le manque de surveillance, manque d'action : le fait que le FMI et Eurostat aient eu des doutes est une bonne chose, mais pourquoi s'être arrêté à un simple constat? Pourquoi fixer des limites si elles sont dépassées par la majorité des pays? Où sont les sanctions? 

Rédigé par OUALID Zohra

Commenter cet article