L'INSEE confirme les inquiétudes.

Publié le 26 Juin 2012

L'INSEE a montré son pessimisme après avoir publié les chiffres tant attendus du chômage, sa prévision de croissance ainsi que le pouvoir d'achat des ménages. Vous vous doutez bien que ces trois clignotants ne sont pas au verts.

 

logo_insee_gif.gifTout d'abord, les chiffres du chômage pour ce mois de mai sont loin d'être rassurants. Nous assistons au 13 ème mois d'augmentation consécutif avec une flambée de 1.2 % pour les personnes sans emplois (catégorie A) soit une augmentation d'environ 33 000 chômeurs. Si l'on regroupe les catégories A,B et C on obtient une hausse de 0.7 %. Un taux de chômage qui continue d'augmenter de plus belle, 8 % sur un an et une prévision de 9.9 % fin 2012 (France métropolitaine).  De plus, l'inquiétude de l'Institut National de la Statistique et des Études Économiques se fait également ressentir quand on prend connaissance de la prévision de croissance française pour l'année 2012. Rien de bon non plus. On tablait sur une croissance de 1.1 %, nous retombons finalement 0.7 points plus bas avec une croissance faible qui devrait rôder autour de 0.4 %. L'INSEE souligne à travers son étude que le pouvoir d'achat des ménages s'est nettement dégradé en atteignant un niveau comparable à celui de 1984 avec un recul de 1.2 %.  

 

Autre point important concernant l'actualité économique de l'hexagone, la revalorisation du SMIC. Les chiffres - et les critiques - sont tombés : La hausse du Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance sera de 2 % à partir du 1 er juillet 2012 dont un coup de pouce estimé à 0.6 % - chiffres annoncés par Michel Sapin, ministre du travail - On passerait donc d'un salaire brut de 1398.37€ à 1425.67€ et donc d'un salaire horaire brut passant de 9.22 € à 9.40€, une augmentation d'environ 25€ par mois. Le principe est bon en soi mais la question est de savoir si cette mesure sera fructueuse. Certains syndicats et l'opposition ont critiqué la mesure mais pas vraiment pour les mêmes raisons ; les syndicats jugent le coup de pouce de 0.6% insuffisant tandis que l'UMP considère que la hausse de 2% accentuera l'effet destructeur d'emplois. Pour prouver ceci, j'ai trouvé intéressant de vous faire part de quelques notions micro-économique afin de voir si le coup de pouce au SMIC est efficace sous forme d'un graphique fait par mes soins ;

 

cats-copie-8

 [Agrandir le graphique]. D'un point de vue micro-économique, il est évident qu'une hausse du SMIC provoque d'une part une hausse des charges et un phénomène de chômage et d'autre part -si le phénomène est répétitif- , il provoque le phénomène du chômeur découragé. Cette hausse des charges de la part des entreprises les incitent soit à réduire le temps de travail de leurs salariés soit à licencier. Bref, un frein à l'embauche. Vous me diriez que le gouvernement a évoqué la mesure des exonérations de charges mais dans ce cas là nous tournons en rond. Une mesure juste mais inefficace - il fallait bien choisir car on ne peut être efficace et juste simultanément malheureusement -

 

Pour résumer, la revalorisation du SMIC augmente le pouvoir d'achat d'une partie des salariés, elle est donc juste. Mais elle alourdi les charges des entreprises - sachant qu'il y a des domaines où les smicards sont nombreux - et les incitent donc à freiner l'embauche ou alléger la masse salariale, elle est donc inefficace. L'INSEE prévoit un taux de chômage de 9.9 % pour 2012 et environ 10 % pour les DOM-TOM. Même avec des exonérations ceci auront forcément un coût considérable pour l'état qui doit - rappelez vous - boucler son budget. Nous sommes encore bien loin d'un smic à 1700 € soit d'une hausse d'une vingtaine de pourcents, ce qui est absolument absurde.

 

Bref, la question que l'on peut se poser est toujours la même : La France peut elle se permettre d'augmenter le SMIC compte tenu des créations d'emplois envisagées ou encore de sa politique fiscale ? Sa prévision de croissance quasi nulle lui permettra t-elle de respecter ses engagements ? Les loups prennent notes, patience.

Rédigé par OUALID Zohra

Commenter cet article