Chômag€ : À quand le pic ?

Publié le 31 Octobre 2012

l_grece-elstat-chomage-record-premier-trimestre-2012-jeunes.jpg

source : leboursier.com

Les chiffres du chômage pour ce mois de septembre sont très inquiétants et c'est le moins que l'on puisse dire. La répartition est hétérogène certes, mais le fait reste que la zone-euro atteint un taux de chômage de 11.6 % soit 0.2 points de plus par rapport au mois dernier (ou + 0.1 point si l'on tient compte des récentes modifications apportées par Eurostat). Il est inutile de s'étaler sur le fait que le chômage ait pris goût aux records et que les pays les plus fragiles ont été frappés de plein fouet. La tendance devrait encore s'accentuer sur le court-terme en attendant que de vraies mesures soient prise pour relancer le marché du travail demeurant encore et toujours la première victime de la crise.

 

Chiffrons : le chômage dans la zone-euro s'établissait à 11.6 % au mois de septembre (contre 11.5 % en août) et à 10.6 % dans l'Union Européenne, stable comparé au mois précédent. D'après le communiqué d'Eurostat, que vous pouvez consulter à la fin de mon billet, l'euro-zone comptait 146 000 chômeurs de plus et 160 000 à l'échelle européenne ce qui donne un total de 25,751 millions chômeurs en septembre (UE27) dont 18,490 millions dans la région de la monnaie unique. Plus précisément ;

 

 

            L'Europe du Nord                                                    L'Europe du Sud

   

Autriche :        4.4 %    -contre 4.5 % en août -      Espagne : 25.8 %   - contre 25.1 % -

Luxembourg :  5.2 %    - stable -                           Grèce :     25.1 %   - août, contre 24.4% en jui. - 

Pays Bas :       5.4 %    - contre 5.3 % -                 Lettonie :  15.9 %   - stable 2T12 -

Allemagne :     5.4 %    - contre 5.5 % -                 Portugal :  15.7 %   - contre 15.9 % -


 

Il est important de se focaliser sur le chômage des jeunes qui atteint des niveaux records très préoccupant en Espagne (54.2 %) et en Grèce (55.6 % en juillet 2012). Il est certes logique qu'en ce contexte très morose, les firmes soient dans l'incapacité d'embaucher mais sans politique de soutien, cette impossibilité va se généraliser et la courbe du chômage continuera de grimper sans atteindre le pic. Pendant ce temps, les appels à la grève se poursuivent en Grèce - où les accords avec la Troïka sont encore inexistants -  et les contestations s'accumulent en Espagne. Si l'on décide de prendre ce chemin, nous pouvons affirmer d'avance que nous ne trouverons pas la sortie du tunnel demain ... mais nous parviendrons à créer un nouveau contexte encore plus problématique. La petite goutte d'optimisme est le sommet extraordinaire de l'Union Européenne qui se tiendra les 22 et 23 novembre (!) afin d'actualiser le budget européen 2014-2020 en l'augmentant de 5 % - en d'autres termes faire augmenter les contributions nationales ce qui fait l'objet, vous vous doutez bien, de vives tensions.

 

- AFP : "Bruxelles a proposé en juillet un projet de budget en hausse de près de 5% par rapport à la période 2007-2013, au grand dam de nombreux Etats qui refusent toute augmentation de leur contribution. Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a appelé les Etats à cesser de rechigner. Vouloir à tout prix faire des économies dénote "un manque de responsabilité", a-t-il estimé. Pour M. Schulz, le budget européen doit réduire les effets des plans d'austérité qui font souffrir les citoyens. " -

 

 

Lire le communiqué d'Eurostat

 

Rédigé par Eco-euro

Commenter cet article

LeLouch 15/11/2012 23:03

Bonjour Madame Zohra,
Je viens de découvrir votre blog, On m’appelle sous le nom de Lelouch, étudiant à Lille tout comme vous, mais je me fie toujours à la notion de justice. Je suis très passionné d’économie tout comme
vous.
D’après cet article, je pense que votre analyse est intéressante mais vous semblez avoir une idée politique négative envers tous types de gouvernements. C’est bien facile d’avoir un point de vue
subjectif neutre et de critiquer les différents pouvoirs, qui se sont succédés.
En parlant du chômage des jeunes en Grèce et en Espagne sont quasiment dû aux firmes, celles-ci investissement notamment lorsqu’elles sont sur de faire du profit ; ce profit est surtout déterminé
par le salaire des employés et aussi des impôts. Vous devez être d’accord avec moi que ce sont essentiellement les entreprises qui créent de l’emploi, elles sont à l’ origine de la croissance,
surtout en en France à travers la consommation. Si les entreprises vont mal, toute l’économie entière va mal(en plus je ne veux pas parler des conséquences financières), l’Etat va mal (baisse de
recette fiscal, hausse du déficit) ainsi tout va mal (pouvoir d’achat, consommation s’effondre, etc….)
Ces genres d’Etats comme la Grèce et l’Espagne, ils sont obligés de diminuer leurs déficits ( à cause des différents accords passés pour l’adoption de l’Euro) en augmentant tout les impôts ci
possibles (ce serait malveillant d’augmenter les impôts sur les médicaments) .L’impôt est un élément dissuasif pour les entreprises d’investir, si bien que les entreprises n’embaucheront plus mais
ils préferont maximiser leur profit en licenciant du personnel .Ces pays pourront jamais de relancer leur économie ; plus le gouvernement augmente les impôts dans le but de diminuer les déficits,
non seulement les déficits se creusent ,mais aussi le PIB baisse, le chômage augmente du coup voici un cercle vicieux.
En plus du déficit, il s’ajoute le problème de l’Euro qui est une monnaie trop forte pour ce genre de pays, à mon avis, je peux dire que ces pays se sont fait avoir par les grandes puissances
européennes du coup il paie pour leurs bêtises. (#Pas de justifications ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui)
A Mon humble avis, les déficits sont à l’origine de la crise actuelle, on ne peut pas demander à ces pays qui ont une dette énorme de non seulement diminuer leurs déficits et de les maintenir à 3%
du PIB c’est impossible… Je ne veux même pas imaginer l’effet sur le PIB, Croissance, etc … Si vraiment ces pays visent ces objectifs le bilan économique et humain serait catastrophique.
« Soyons un peu humains dans nos décisions économiques mais pas trop »

Eco-euro 06/01/2013 01:56



Bonsoir,


J'ai bien pris connaissance de votre commentaire. Merci beaucoup. En ce qui concerne mon point de vue sur l'économie ou la finance, je me contenterais de vous dire que mes articles sont
subjectifs, oui, parfois trop pour la plupart mais je reste toutefois neutre quand il s'agit de politique. :-)


Zohra.


 



Raphaël DIDIER 01/11/2012 16:11

A quelques exceptions près (Allemagne notamment), aucune économie n’échappe à un chômage élevé en Europe. Cela procède de la logique d'austérité généralisée que les dirigeants politiques s'imposent
au sein de l'UE, pour faire face aux déséquilibres extérieurs (voir à ce sujet mon billet http://raphael.didier.over-blog.fr/article-la-veritable-nature-de-la-crise-de-la-zone-euro-107988892.html.
Ces ajustements réels pèsent dès lors lourdement sur l'emploi.

Eco-euro 01/11/2012 16:50



Bonjour, merci j'irai lire une fois de plus votre billet sur le sujet.


Dans mon commentaire lié à votre dernier article sur l'inflation je faisais référence à l'article ci-dessous, " une crise, c'est ce qui sépare le vieux du neuf " :-)


Bonne journée.