Médaille d'or pour la zone euro.

Publié le 31 Juillet 2012

img 606X341 3107-business-eurozone-jobless-hits-new-high

 

Eurostat nous montre une fois de plus que la crise bat son plein et ceci se traduit logiquement par une nouvelle flambée du nombre de chômeurs dans l'euro-zone. Une hausse historique et qui était, bien évidemment, prévue. En mai, le taux de chômage était de 11.1 % dans la zone euro et de 10.3 % pour l'Union Européenne. Le nombre de chômeurs a cessé de stagner pour l'UE et atteint 10.4 % tandis que la zone euro souffre avec ses 11.2 %.

 

Coté évolution, pas de surprise :

 

  • + 127 000 chômeurs au sein de l'Union Européenne par rapport à mai 2012
  • + 123 000 concernant la zone euro.

 

L'état de la conjoncture européenne reste la principale cause du record qui a été atteint ce mois de juin. Soulignons également que l'inflation a augmenté de façon assez considérable avec un taux de 2.4 % - contre un objectif inférieur ou égal à 2 % par la BCE - . Les mesures d'austérités prises par certains dirigeants de l'Europe du sud seront forcément la source d'un nouveau record pour le mois de juillet, tout comme la consommation qui sera, de toute manière, touchée.

 

            L'Europe du Nord                                                       L'Europe du Sud

 

Autriche :         4.5 % (contre 4.1 % en mai)                 Espagne :    24.8 % (contre 24.6 %)

Luxembourg : 5.4 %    - stable -                                    Grèce :         22.5 % - avril - (contre 21.9 % en mar.)

Pays Bas :       5.5 % (contre 5.1 %)                              Lettonie :     15.3 % - stable -

Allemagne :     5.4 % (contre 5.6 %)                              Portugal :    15.4 % - contre 15.2 % -

 

Concernant notre hexagone : nous stagnons avec 10.1 % de chômeurs pour le mois de juin, un seuil atteint certes, mais le pays conserve une place intermédiaire avec un taux qui demeure bien en dessous de l'euro-zone (11.2 %). En bref, un chiffre qui a été fortement anticipé par des analystes et qui pourrait facilement atteindre la barre des 12 % en 2013. Notre monnaie unique traverse une période très difficile et les moyens d'en sortir restent théoriquement bons et pratiquement flous. Pendant ce temps, l'Espagne prend la voix d'une marginalisation semblable à celle du pays hellène qui pourrait affecter la population espagnole sur tous les indicateurs :  salaires bas qui entraînent une baisse de la consommation et du pouvoir d'achat, taxes et impôts dûs aux mesures d'austérités mais surtout l'indicateur principal qui profite de l'été pour prendre des couleurs : le chômage ...

 

Lire le communiqué d'Eurostat

Rédigé par OUALID Zohra

Commenter cet article